Skip to content
Menu
Menu
Menu
Menu

“Vous allez voir l’esprit samouraï !”

On le surnomme “Kaiju Killer”. Traduction : “tueur de monstres” ! Du haut de son mètre soixante-treize, Hidetaka Arato est une véritable force de la nature, et cultive son aura d’invincibilité. Dix victoires, zéro défaite, six K-O… Malgré 120 kg sur la balance, le Japonais affiche une explosivité impressionnante, qui a su séduire le marché […]

On le surnomme “Kaiju Killer”. Traduction : “tueur de monstres” ! Du haut de son mètre soixante-treize, Hidetaka Arato est une véritable force de la nature, et cultive son aura d’invincibilité. Dix victoires, zéro défaite, six K-O… Malgré 120 kg sur la balance, le Japonais affiche une explosivité impressionnante, qui a su séduire le marché asiatique. “Quand on le voit physiquement, on se dit d’abord qu’il est gros ! Mais en réalité, Hidetaka est très souple, il envoie même des high kick !”, notent ses partenaires d’entraînement. “C’est quelqu’un qui va chercher le K-O, il est vraiment spectaculaire.” Un style qui devrait plaire au public européen, puisqu’après des belles performances sur le circuit japonais -dont une récente victoire au Rizin-, Hidetaka Arato a choisi de tenter sa chance hors de son pays d’origine. Première étape : Orange, le 25 juillet, en main-event face à Prince Aounallah !

“C’est une opportunité magnifique”

“J’ai battu tous mes adversaires au Japon, maintenant, j’ai envie de me faire connaître dans le monde entier. Vous allez voir l’esprit samouraï !”, annonce le poids lourd. “HEXAGONE MMA est une très bonne organisation, c’est une opportunité magnifique de combattre directement pour la ceinture.” Ainsi, à 36 ans, Hidetaka Arato voit s’ouvrir de nouvelles portes devant lui. La trajectoire est belle pour cet ancien judoka, qui a découvert le MMA par hasard, en Thaïlande, alors qu’il y travaillait comme manager dans un restaurant japonais… “J’ai vécu sept ans à Bangkok. Là-bas, j’ai commencé le muay thaï, puis les compétitions de MMA. Quand j’ai fait mon premier combat professionnel, je travaillais encore dans le restaurant ! Depuis, j’ai arrêté, et je suis rentré au Japon. Maintenant, je ne pense plus qu’au MMA.”